COORDINATEUR GENERAL DU PROGRAMME DE MISE EN PLACE D’UN CENTRE DE PRISE EN CHARGE HOLISTIQUE DE VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES


Bangui - Central African Republic

Publié le 03/09/2019

 

PRESENTATION DE LA FONDATION Dr DENIS MUKWEGE :

La Fondation Dr Denis Mukwege dénonce l'utilisation des violences sexuelles lors de conflits armés. Elle plaide auprès de la communauté internationale, pour l’établissement d’une ligne rouge juridiquement contraignante contre le viol comme arme de guerre, pour mettre fin à l’impunité, accroître la responsabilisation des Etats et rendre justice aux victimes. Elle soutient la réplication du modèle des soins holistiques mis en œuvre à l’hôpital de Panzi à Bukavu et dans d’autres zones de conflit.

CONTEXTE :

Contexte de la zone de mission:

La République Centrafricaine (RCA) est un pays enclavé, frontalier du Cameroun, du Tchad, du Soudan, du Sud Soudan, de la République démocratique du Congo et du Congo Brazzaville. Malgré ses richesses naturelles, elle figure parmi les nations les plus pauvre du monde (188ème1 sur 189 pays selon l’IDH, Indice de Développement Humain). L’Esperance de vie des centrafricains est de 53.5 ans2. Le pays compte 4.6 millions d’habitants3 dont 600 000 à Bangui, sa capitale. Les langues officielles sont le français et le sango et les religions principales sont l’Animisme, le Christianisme et l’Islam. Le contexte sécuritaire est très volatile et les besoins humanitaires sont loin d’être couverts.

La RCA est en proie aux conflits depuis près de vingt ans. Depuis 2012, le pays connait une des plus graves crises politiques et sécuritaires de son histoire. Si les accords de Khartoum, signés le 6 février 2019, doivent contribuer à renforcer la construction de la paix en Centrafrique, la situation politique et sécuritaire reste très critique.

Dans ce contexte, les violences basées sur le genre doivent faire l’objet d’une attention particulière. Elles se manifestent sous différentes formes, dont les violences sexuelles. Si les victimes de violences sexuelles liées au conflit sont nombreuses, l’impunité entourant la commission de ces crimes et la déliquescence des structures sociales (famille, communauté etc.) laissent présager un risque accru de violences sexuelles dans les années à venir

Objectif du programme de mise en place d’un centre de prise en charge holistique* de victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre à Bangui :

Ce programme permettra, aux victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre, de Bangui et des provinces, d’accéder à des soins de qualité, selon un parcours coordonné, accompagné et complet, grâce à la mise en place d’un centre « Guichet unique » (One Stop Center – OSC) localisé au sein de l’Hôpital de l’Amitié et de l’Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC) à Bangui. Ce projet participera également à la prévention des violences sexuelles et basées sur le genre dans le pays. Facilité par quatre partenaires internationaux qui formeront un consortium, il est fondé sur un transfert de compétences sud-sud entre les acteurs congolais et les acteurs centrafricains. Le projet permettra en outre de renforcer les capacités d’un hôpital public ainsi que d’une association locale reconnue, deux structures qui sont déjà des lieux de référencement pour les victimes de violences sexuelles et basées sur le genre.

Historique de la mise en place du programme :

La Fondation Dr. Denis Mukwege, la Fondation Panzi RDC, la Fondation Pierre Fabre et l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie qui formeront le Consortium du programme ont uni, il y a déjà deux ans, leurs forces pour promouvoir la prise en charge holistique des victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre. Ensemble, ils ont signé une Lettre d’Accord le 2 mai 2017 qui souligne l’engagement de chaque organisation pour atteindre les objectifs communs. Ainsi, les quatre partenaires internationaux du projet mènent d’ores et déjà un programme commun de prise en charge des victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre au sein de l’Hôpital de Bulenga (Sud Kivu, région de Minova) depuis Mai 2018. Ce centre holistique constitue une première reproduction de ce modèle dans une zone rurale isolée de la République Démocratique du Congo.

*le modèle holistique de Panzi, à l’initiative du Dr Mukwege (Prix Nobel de la Paix 2018) et de son équipe, vise une prise en charge complète de la personne, ses besoins et la façon dont ces différents facteurs s’influencent mutuellement. Il est structuré autour de quatre piliers, qui répondent aux besoins essentiels de guérison de la victime et de son autonomisation : piliers médical, psychologique, juridique, socioéconomique.

Description des partenaires du consortium et des apports de chacun :

La Fondation Dr Denis Mukwege dénonce l'utilisation des violences sexuelles lors de conflits armés. Elle plaide auprès de la communauté internationale, pour l’établissement d’une ligne rouge juridiquement contraignante contre le viol comme arme de guerre, pour mettre fin à l’impunité, accroître la responsabilisation des Etats et rendre justice aux victimes. Elle soutient la réplication du modèle des soins holistiques mis en œuvre à l’hôpital de Panzi à Bukavu et dans d’autres zones de conflit.

Dans ce programme, la Fondation Dr Denis Mukwege apportera son expertise du modèle holistique, appuiera le plaidoyer et le développement du réseau des survivantes.

La Fondation Panzi RDC a été fondée il y a près de dix ans par le Docteur Denis Mukwege afin d’appuyer l’hôpital où sont secourues des milliers de victimes de viols perpétrés dans le Nord-Est de la République Démocratique du Congo ravagée par les conflits. L’hôpital et la Fondation Panzi RDC ont acquis une expertise particulière dans le traitement des blessures gynécologiques et psychologiques au travers d’un modèle intégré de soins multisectoriels.

Dans ce programme, la Fondation Panzi RDC transmettra son expérience et son expertise dans le domaine des soins et de la prise en charge holistique des victimes de violences sexuelles et basées sur le genre notamment en formant le personnel médical de l’hôpital de l’Amitié.

La Fondation Pierre Fabre (FPF) est une fondation reconnue d’Utilité Publique par décret en Conseil d’Etat en date du 6 avril 1999. Elle a pour mission de permettre aux populations des pays les moins avancés et à celles des pays émergents dans le monde, ainsi qu’aux populations exceptionnellement plongées dans des situations de crises graves, d’origine politique, économique et/ou naturelles, d’accéder, tant en qualité qu’en volume, aux soins et plus spécialement aux médicaments d’usage courant définis notamment par l’OMS comme essentiels à la santé humaine. Elle a structuré ses activités autour de 5 axes prioritaires : la formation de professionnels du médicament, l’accès aux soins de qualité pour les populations vulnérables, la lutte contre la drépanocytose, la dermatologie et la esanté.

Dans ce programme, la FPF sera le chef de file du consortium. La FPF apportera son expertise médicale et scientifique et assurera la gestion administrative et financière du programme.

L’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie (IFJD) est une association française qui poursuit les activités de l’Institut Universitaire Varenne et de l’Association Francophone de Justice Transitionnelle. Elle est chargée de promouvoir la diffusion des connaissances tant sur le plan académique, que dans le cadre d’activités opérationnelles. Elle a développé un axe important consacré aux victimes de violences sexuelles et basées sur le genre comportant publications et recherches, formations, expertise et appui à l’assistance juridique et judiciaire, portant principalement sur le modèle holistique d’assistance aux victimes. Ayant une vocation scientifique et opérationnelle, l’IFJD favorise la production et la transmission de la connaissance, le soutien à la recherche scientifique et universitaire et l’action sur le terrain
Dans ce programme, l’IFJD apportera son expertise concernant tant la Justice transitionnelle en générale, que la problématique spécifique des violences sexuelles. L’IFJD intervient en Centrafrique, seul ou en partenariat, depuis novembre 2015. Il sera, dans le cadre du centre d’assistance holistique de Bangui, en appui technique au volet juridique et socio-économique.

TYPOLOGIE DU POSTE :

Lieu de mission : Bangui, Centrafrique.

Contrat de travail : avec la Fondation Dr Denis Mukwege.

Conduite de la mission : en coordination étroite avec le Responsable Administratif et Financier (RAF) du programme basé à Bangui.

MISSION ET ACTIVITES PRINCIPALES :

Représentation externe :

  • Agir en tant que représentant du consortium.
  • Assurer la représentation externe du consortium vis-à-vis des autorités locales, nationales et des autres parties prenantes du programme.
  • Participer aux réunions sectorielles VBG de type clusters et autres groupes de travail rassemblant toutes les parties prenantes impliquées dans le secteur de la santé et des violences basées sur le genre.
  • Assurer une coordination et une collaboration avec les parties prenantes et les partenaires clefs, les agences onusiennes, les ONGs, les organisations de la société civile, les groupes communautaires et les interlocuteurs gouvernementaux pour la mise en place des différentes activités.
  • Identifier les opportunités de collaboration avec les autres organisations et s’assurer de la bonne coordination des programmes.

Coordination générale des activités :

  • Coordonner la mise en œuvre et assurer le suivi d'un projet pluriannuel, multipartite et multisectoriel.
  • Rédiger les procédures de mise en œuvre du projet et coordonner leur application.
  • Assurer la planification, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation du programme au quotidien.
  • Veiller à la bonne qualité des prestations mises en œuvre.
  • Assurer le reporting technique hebdomadaire, mensuel et semestriel des activités.
  • En lien avec le responsable administratif et financier : o Préparer les reportings pour le Consortium. o Organiser les comités de pilotage, les comités de coordination du consortium et les réunions de coordination.
  • Dans un souci de transfert de compétences, assurer le processus de formation au modèle holistique et la diffusion du plaidoyer.
  • Veiller à ce que des systèmes, éthiques et solides, de collecte de données et de gestion de l'information soient en place pour une analyse, une planification, une évaluation et un plaidoyer appropriés.
  • Coordonner les activités de recherche et la collaboration avec les institutions universitaires, dans le pays et à l'étranger.
  • Coordonner le travail de plaidoyer et de sensibilisation des quatre piliers.
  • Veiller à ce que les voix des survivants soient au cœur du projet, en assurant une participation significative des survivants à toutes les étapes du cycle du programme et en assurant la liaison avec le renforcement du mouvement existant des survivants en République centrafricaine.
  • Assurer la liaison avec le responsable administratif et financier basé à Bangui sur les tâches qui lui sont allouées.
  • Assurer la liaison et la bonne transmission des informations au consortium.

Management :

  • Gérer les relations avec les différents partenaires pour assurer une mise en œuvre coordonnée et optimale des activités.
  • Assurer la coordination entre le personnel des différents piliers (médical, psychosocial, juridique et socio-économique).
  • Accompagner le personnel détaché de la Fondation Panzi dans la mise en œuvre des activités.
  • Travailler au quotidien en étroite coordination avec le responsable administratif et financier du programme basé à Bangui.

Gestion des aspects sécuritaires du programme :

  • Interlocuteur principal avec l’Ambassade de France pour les aspects sécuritaires.
  • Assurer une veille quotidienne de l’évolution du contexte sécuritaire à Bangui et dans le pays.
  • Veiller au bon respect des règles de sécurité, qui auront été transmises, par l’ensemble du personnel.
  • Prendre les mesures qui s’imposent en cas de d’urgence en coordination avec l’Ambassade de France et informer le consortium.

Supervision de chantiers :

  • Supervision de la réhabilitation du service de gynéco-obstétrique et de la maternité en lien avec l’Hôpital de l’Amitié et la Fondation Panzi.
  • Supervision de la construction d’un centre d’hébergement d’urgence en lien avec l’Association des Femmes Juristes de Centrafrique et l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie.

EXPÉRIENCES ET COMPÉTENCES

Expériences :

  • Formation de niveau Master.
  • Expérience prouvée en gestion de projets (minimum 5 ans) sur des grands programmes de développement, de préférence multi acteurs et multiculturel.
  • Connaissances et expérience dans le volet violences sexuelles et violences basées sur le genre.
  • Expérience de travail dans un pays en développement.

Qualités du candidat :

  • Excellentes compétences rédactionnelles et de communication.
  • Maîtrise totale du Pack Office.
  • Capacité à évaluer les compétences en gestion de projet du personnel et à le former.
  • Rigueur professionnelle.
  • Connaissances des procédures des principaux bailleurs de fonds
  • Très bonne capacité d’écoute.
  • Qualités relationnelles.
  • Capacité de synthèse.
  • Capacité à hiérarchiser les priorités.
  • Capacité à travailler dans un milieu interculturel et à faire preuve de flexibilité.
  • Patience et ténacité.
  • Ayant déjà travaillé dans un contexte sécuritaire volatile et sous pression.
  • Connaissance de la zone d’affectation.

Langues

  • Parfaite maitrise du français (oral et écrit).
  • La maitrise de l’anglais est un plus.

CONDITIONS SALARIALES : en fonction du profil.

DUREE DU PROJET : 4 ans

SECURITE :

  • Mission qui s’inscrit dans un cadre contraint compte tenu du contexte sécuritaire. Obligation de respecter un protocole de sécurité.

PRE-REQUIS :

  • Passeport d’une validité supérieure à 6 mois au moment du départ prévu
  • Carnet de vaccinations à jour / aptitude à voyager.
  • Visite médicale obligatoire avant la prise de poste.
Postuler